On me demande souvent par quelle étape commencer le processus d’allègement des symptômes. Car les personnes ayant développé de la fibromyalgie le savent bien : ce n’est pas en multipliant les ateliers et les exercices que les douleurs et fatigue disparaissent, bien au contraire.

Alors, par quelle méthode débuter puisqu’aucun cours pas plus qu’aucune pilule miracles ne réussiront à renverser la vapeur du cumul de tensions. Car c’est un mode de vie qu’on doit transformer : voir sa vie comme une bénédiction et non comme un fardeau est la clé. Par contre, quand on parle de démarches, la première étape, et non la moindre, consiste à modifier son alimentation.

Pourquoi est-ce si difficile ? Prenons comme exemple les personnes immigrantes, celles-ci peuvent changer de vêtements, changer de travail, changer même de langue, mais la dernière chose qu’elles abandonnent est leur mode alimentaire. Parce que c’est par la bouche qu’on apprivoise d’abord son monde. Les saveurs, les odeurs, les couleurs de l’alimentation maternelle sont ce qui est de plus familier. Modifier une recette familiale est presqu’un sacrilège !

sans-titrePourtant, ne sait-on pas depuis longtemps qu’une diarrhée peut être soignée ou aidée en coupant l’ingestion de produits laitiers ? Ne serait-il pas normal de couper certains produits susceptibles de causer de l’inflammation au système digestif lorsqu’on prend une médication anti-inflammatoire ? 

Le chapitre de Dre Jacqueline Lagacé est un résumé fort éloquent du régime hypotoxique et de son bienfondé. Dans le journal Le Devoir du 20 mars dernier, Josée Blanchette souligne les avantages, statistiques en main, d’adopter un régime sans produits laitiers.

Après cela, accepter et dénouer l’impact des événements passés afin que ceux-ci cessent d’être un poids causant la fuite par l’action constante et hypervigilante est un détail de la grosseur d’un caillou dans le soulier ! Non négligeable, mais envisageable, d’autant plus qu’il s’accompagne de nouvelles habitudes telles la pleine conscience, si douce, si sereine, si stable et la cohérence cardiaque. Nous y reviendrons.

Par Paule Mongeau, éditrice